Séchage de bois

But

Donner aux bois débités un taux d’humidité en rapport avec le travail à effectuer.

Processus

L’eau contenue dans le bois, s’évapore à la surface de celui-ci dans l’air ambiant. L’eau circule donc de l’intérieur vers l’extérieur du bois. Les bois durs sèchent plus lentement et plus difficilement que les bois tendres. Le renouvellement de l’air et la chaleur favorise et accèlére l’évaporation. Un séchage trop rapide peut provoquer des gerçures, tandis qu’un séchage trop lent provoque des échauffements, voire des pourritures.
L’eau contenue dans le bois, s’évapore à la surface de celui-ci dans l’air ambiant. L’eau circule donc de l’intérieur vers l’extérieur du bois. Les bois durs sèchent plus lentement et plus difficilement que les bois tendres. Le renouvellement de l’air et la chaleur favorise et accèlére l’évaporation. Un séchage trop rapide peut provoquer des gerçures, tandis qu’un séchage trop lent provoque des échauffements, voire des pourritures.

Le séchage Naturel

Le flottage

Le séchage naturel peut être précédé d’une période de flottage. Les grumes sont immergées en eau courante ou stagnante. L’eau remplace la seve dans les cellules et les tissus. Le séchage sera plus aisé et on obtient un meilleur résultat.

L’empilage

L’empilage doit se faire : A l’air libre ; Sur des caillous ou béton (assise bien plane) ; En évitant les courants d’air en direction constante pour éviter un séchage irrégulier ; En évitant une grande surface de contact entre les bois ; En clouant des linteaux ou agraffes sur les bouts de plateaux ; En laissant les bois durs sécher lentement ; A l’abris du soleil (tôle séparée des bois humides).
Les bois tendres et résineux peuvent subir un séchage plus rapide que les bois durs. Les bois durs sont sujets à gercer et surtout à voiler (voir le Hêtre

Le séchage Artificiel

Il permet un séchage rapide des bois et l’obtention d’un taux d’humidité inférieur à 13% . Il exige une installation importante et très couteuse . Il se réalise suivant 2 procédés :
– L’étuvage : Le bois est soumis à la vapeur d’eau, celle-ci amolit les tissus et y pénètre en chassant la sève. Le taux d’humidité s’obtient par le passage d’air chaud dont le taux d’humidité décroît progressivement. La durée de cette opération s’étend de 6 mois à l’an et dépend de l’épaisseur et de la dureté des bois.
– La ventilation : Un courant d’air chaud dont le taux d’humidité est décroissant, traverse les pièces dans le séchoire, absorbe la sève et établit l’équilibre du taux d’humidité. Après 8 à 10 semaines le bois est sec.
-Autres type de séchage : Par le vide, par infra-rouge, par micro-ondes, par hautes fréquences, à l’aide de sels chimique.